Lampe frontale LED ou halogène, laquelle choisir ?

Une lampe frontale est comme un troisième œil. De nuit, elle nous permet d’appréhender le monde qui nous entoure. Or, toutes les ampoules ne produisent pas la même luminosité et donc, la même expérience. En effet, en fonction de leur température de couleur ou de leur IRC, nous ne verrons pas le monde de la même manière. Alors, laquelle choisir ?

LED température de couleur

Les lampes frontales LED

De nos jours, la plupart des lampes frontales sont équipées de diodes électroluminescentes (LED). Elles fonctionnent différemment des ampoules classiques qui produisent de la lumière grâce au phénomène physique de l’incandescence (voir ci-dessous). Cette source de lumière artificielle est produite par le passage d’un courant électrique dans un composant électronique. On parle dès lors d’électroluminescence.

L’avantage des LED

L’utilisation des LED tend à se généraliser sur le marché de l’éclairage, y compris dans les lampes frontales. En effet, leur prix ne cesse de baisser et elles ont un bien meilleur rendement – autrement dit, elles émettent beaucoup plus de lumens par watt. D’après l’Ademe [1], une LED génère jusqu’à 140 lm/W contre 70 pour une ampoule fluocompacte. Une lampe frontale LED a donc une meilleure autonomie, quelle que soit son alimentation (batterie rechargeable ou piles). C’est un vrai avantage pour faire du sport en pleine nature et les marques l’ont bien compris.

Le type de lumière de la lampe frontale LED

Ces accessoires génèrent une lumière froide dont la température de couleur peut aller jusqu’à 8 000 kelvin (K). Leur lumière tire donc généralement vers un blanc bleuté. En moyenne, leur Indice de rendu des couleurs (IRC) [2] est de 80. C’est bien, mais pas optimal, ce qui peut influencer nos sensations.
De plus, on trouve aujourd’hui des lampes frontales LED de 2 000 lumens qui sont de véritables phares de voiture. Elles rendent donc très bien les volumes, mais attention à ne pas tomber dans l’excès. Certaines marques publient d’ailleurs des avertissements concernant les LED bleues (voir ci-dessous).

Les différents types de LED

TypesDescriptionsCaractéristiques
LED DIPLED DIPCette diode composée d'une capsule en résine contenant le semi-conducteur et de deux broches qui se soudent sur une dalle.Cette LED est très résistante aux chocs. C'est un vrai avantage pour une lampe frontale destinée à pratiquer des activités outdoor. Néanmoins, ses performances en termes de luminosité et de diffusion sont inférieures à celles des composants plus récents.
LED SMDLED SMDCette LED a la forme d'une puce carrée et extra-plate de moins d'un millimètre d'épaisseur.Ce composant très fin offre un bon rendement lumineux, proche de 80 lumens par watt. C'est une des diodes les plus utilisées à l'heure actuelle.
LED high-intensityLED high-powerCette diode est une version améliorée de la LED de type SMD. Elle a la même forme, mais elle est surmontée d'une lentille optique qui décuple sa luminosité.Cette LED est très puissante, néanmoins son angle de diffusion est restreint. Elle convient parfaitement pour les éclairages focalisés, notamment le mode d'éclairage spot des lampes frontales.
LED COBLED COBCette diode à la forme d'une pastille jaune. C'est un assemblage de puces LED câblées sur une même dalle qui fonctionne comme une source de lumière unique.Ce module est plus performant que les LED traditionnelles. Il permet de produire plus de lumière en consommant moins d'électricité. Un vrai plus la batterie des lampes frontales.

Feu les lampes frontales à incandescence

Cet équipement de protection n’est plus commercialisé. Son ampoule émettait de la lumière en faisant circuler un courant électrique dans un filament en tungstène à l’intérieur d’une enveloppe en verre remplie de gaz inerte, comme l’argon ou le krypton. Le métal devenu incandescent produisait un rayonnement chaud d’une température de couleur de 2 700 K. Mais le rendement énergétique de cet éclairage portatif était très faible. En effet, 80 % de l’énergie électrique consommée étaient transformés en chaleur. Des lampes frontales beaucoup moins énergivores ont fait leur apparition sur le marché.

Les lampes frontales halogène

Les ampoules halogènes sont un type particulier d’ampoules à incandescence. Elles fonctionnent de la même manière, mais elles sont remplies d’un gaz halogène, comme l’iode ou le brome. Cela permet de porter le filament en tungstène à des températures beaucoup plus élevées et donc d’améliorer leur rendement.

L’avantage des lampes frontales halogène

Elles sont une source lumineuse puissante offrant un éclairage de qualité. Par exemple, elles restitueront efficacement le volume d’une cavité souterraine en spéléologie. Néanmoins, ce modèle a le défaut de ses qualités : il est très gourmand en énergie. De ce fait, son autonomie étant limitée, on trouve encore des lampes frontales hybrides, halogène et LED.

Le type de lumière des lampes frontales halogène

La température de couleur des lampes frontales halogène est d’environ 3 000 K. Elles diffusent une lumière chaude, plutôt jaune, car elle est due à la combustion d’un filament. Cette source lumineuse artificielle restitue parfaitement les couleurs. Son IRC est proche de celui de la lumière du jour qui est de 100 – le maximum.

Les LED bleues, un danger ?

Une lampe frontale n’est pas un accessoire anodin. En effet, à pleine puissance, ce matériel de sécurité peut devenir particulièrement éblouissant. L’Anses [3] a publié plusieurs alertes pointant du doigt le danger des LED bleues. Recouvertes d’une couche de phosphore jaune, elle produise une lumière blanche très intense. Selon l’agence de sécurité sanitaire, une exposition prolongée à ce type de rayonnement peut avoir deux conséquences :

  1. une augmentation du risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge ;
  2.  une perturbation du sommeil, la couleur de la lumière influant la libération de mélatonine [4].

Même si les risques sont faibles, il est donc important de manipuler sa lampe frontale LED avec précaution et de ne pas la pointer dans les yeux de quelqu’un à courte distance. Par exemple, lors d’un bivouac, il est préférable de passer en mode lumière rouge. Petzl a publié un article sur la question sur son site internet, où elle distingue une échelle de risques allant de 0 à 3. Selon la marque, la plupart des lampes frontales sont classées au minimum à 1.

Conclusion

Les LED sont encore une technologie émergente, mais elles évoluent très vite. Des produits qui ont un ou deux ans paraissent aujourd’hui complètement dépassés. Bientôt, les diodes électroluminescentes offriront les mêmes performances que les ampoules halogènes qui restent une référence en matière de luminosité, notamment en terme de rendu des couleurs.

[1] L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.
[2] L’indice de rendu des couleurs est une échelle de 0 à 100 qui traduit la capacité d’une lumière à restituer les couleurs.
[3] L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
[4] Cette hormone est nécessaire à l’endormissement, une lumière blanche inhibe sa sécrétion.